Montée des eaux

6 septembre 2010 § Poster un commentaire

Le regard un peu brouillé
Le bord des paupières mouillé
Discrète montée des eaux
Mais d’où sort ce petit ruisseau ?

D’un trop plein comme on a tous
Par où vient s’écouler en douce
Le jus des sombres pensées
L’eau-forte des amours blessées

Résurgence, crue soudaine
Ô si bienfaisante fontaine
Mouillant mes joues à plein seau
Revoilà ce bouillant ruisseau (bis)

Qu’est-c’ qu’on arrose ce soir
Mis à part ce nouveau mouchoir ?
Un secret lourd à garder
Un bateau qu’on s’était monté

Un bonheur qu’on n’a pas eu
Un fol espoir déjà déçu
Que les pleurs et les sanglots
Tentent d’embarquer à vau l’eau

Tel un bon coup de Kärcher
Le cœur net sur qui nous est cher
L’averse avant l’éclaircie
C’est bon, ça va passer, merci ! (bis)

Le regard un peu brouillé
Le bord des paupières mouillé
Légère décrue des eaux
Les cils qu’on dirait des roseaux

Deux fois rien mais c’était trop
La nuit tous les chagrins sont gros
Comm’ s’il fallait que
Quelque chose en nous se fêle
Pour qu’éclose une vie nouvelle

et pour lire ce texte sans élisions

Chanson pour plus tard

5 septembre 2010 § Poster un commentaire

Six ans et demi, bientôt sept
Des grandes glissad’s en chaussettes
Éva, où t’as mis tes chaussons ?
Ppp ! Quelque part dans la maison

Des fill’s m’ont fait tourner la tête
Toi, c’est carrément le vertige
Bien sûr, j’ t’ai vu grandir, grand’ tige
Mais quand mêm’, du trent’-six fillette !

Je vais dormir chez Loeiza
Tu ne vas pas sortir comme çà !
Papa, tu peux me déposer
Mmm ! Je te fais un p’tit baiser

Des fill’s m’ont fait tourner le cœur
Toi, c’est carrément la voltige
Bien sûr, j’ t’ai vu grandir, grand’ tige
Mais y’a un âge où ça fait peur

Six mois et demi, bientôt sept
Encore arraché ta chaussette
J’ai quelques années devant moi
Oh ! Qui passeront vit’ je crois

Fantasmagorie d’un moment
On n’ dira rien à ta maman
Cette chanson dans ma guitare
Chut ! C’est un secret pour plus tard

et pour lire ce texte sans élisions

Pas la peine

4 septembre 2010 § Poster un commentaire

S’engager à fair’ la route ensemble
Un même chemin ne suffit pas
Faut aussi marcher du même pas

Et notre aventure au fond ressemble
À combien d’histoires qu’on entend
De collier qui casse au fil du temps

C’est pas la peine
De dir’ plus haut ce qu’on en pense
C’est pas la peine
De se porter des coups plus bas
Deux ego qu’on panse
Au bout du combat
Dis-toi que les blessures
S’oublieront, c’est sûr
Mais pas la peine

Pas de honte à garder le silence
Pas de gloire à toujours s’affronter
Autant voir chacun de son côté

Car les mots sont des cailloux qu’on lance
Sans savoir où ils retomberont
Plaie à l’âme et cicatrice au front

Refrain

et pour lire ce texte sans élisions

Rapprochement à éviter

2 septembre 2010 § Poster un commentaire

Paul et Mick, faut-il y voir fatalité ?
Paul et Mick font rien que se disputer

Paul et Mick, sûr qu’on aurait dû s’en douter
Paul et Mick font rien que se disputer

Les chos’s ont commencé quand ils étaient gamins
À la moindre broutille ils en venaient aux mains

Paul et Mick, Dieu sait quand ça va s’arrêter
Paul et Mick font rien que se disputer

 Y a des prénoms, c’est pas qu’ils soient durs à porter
Mais leur rapproch’ment est à éviter

Paul et Mick, l’un est un’ vraie teigne entêtée
Paul et Mick font rien que se disputer

Paul et Mick, l’autre, un’ soupe au lait patentée
Paul et Mick font rien que se disputer

Et mêm s’ils se saluent, grand sourire, attention !
Rangez vit les biblots, les bouteills, les bâtons !

Paul et Mick, ça, pour l’ambiance, on est gâté
Paul et Mick font rien que se disputer

Paul et Mick, c’est d’un pénible en société !
Paul et Mick font rien que se disputer

Paul et Mick, de gros dégâts à constater !
Paul et Mick font rien que se disputer

Heureux qu’ils soient restés tous les deux vieux garçons
Ils obligraient leurs femms à se crêper l chignon !

Paul et Mick, la dernière, on t’a raconté ?
Paul et Mick font rien que se disputer

 Y a des prénoms, c’est pas qu’ils soient durs à porter
Mais leur rapproch’ment est à éviter

Paul et Mick, c’ qu’ils ador’nt, c’est se détester
Paul et Mick font rien que se disputer

Paul et Mick, frappant’s comme personnalités !
Paul et Mick font rien que se disputer

Paul et Mick, automne, hiver, printemps, été
Paul et Mick font rien que se disputer

et pour lire ce texte sans élisions

Où suis-je ?

Catégorie Z’oraux sur Pascal Aussi.