Intelligence avec l’ennemi

19 septembre 2010 § Poster un commentaire

Ca faisait des lustres et des lustres
que j’étais plongé dans le noir
Et sans qu’un instant je me dise
que c’était à mon tour d’y voir
Une main suffit à l’épaule
et j’ai retiré les verrous
Envolés les volets ! Grand ouvert et moi tout blanc
J’ignorais que ma demeure fut en plein air
comme je me le savoure depuis ce banc

Et serein, serine
(sol fa ré la si do mi)
Intelligence avec l’ennemi

 Car ta vie des fois se disloque
Sûr que tu n’as rien vu venir
À scruter sans fin la fissure
tu laisses le froid t’envahir
Avant que l’envie ne revienne
tu en aura perdu des mots
égarés des amis et arpenté les égouts
Puis un jour à ta chemise, tu sens ton coeur
et c’est fou comme ce monde est à ton goût

Et serein, serine
(sol fa ré la si do mi)
Intelligence avec l’ennemi

 Ca faisait des lustres et des lustres
Car ta vie d’un coup se disloque
que j’étais plongé dans le noir
Sûr que tu n’as rien vu venir
Et sans qu’un instant je me dise
À scruter sans fin la fissure
que c’était à mon tour d’y voir
tu laisses le froid t’envahir
Une main suffit à l’épaule
Avant que l’envie ne revienne
et j’ai retiré les verrous
tu en aura perdu des mots
Envolés les volets ! Grand ouvert et moi tout blanc
égarés des amis et arpenté les égouts
J’ignorais que ma demeure fut en plein air
Puis un jour à ta chemise, tu sens ton coeur
comme je me le savoure depuis ce banc
et c’est fou comme le monde est à ton goût

Et serein, serine
(sol fa ré la si do mi)
Intelligence avec l’ennemi
Ne plus rien faire à demi

mais entier, et jusqu’au bout
Ennemi à mon côté, debout

 Pilach SELCAM (transcription Pascal AUSSI)

Où suis-je ?

Catégorie Pièces détachées sur Pascal Aussi.