Caillou

17 janvier 2011 § Poster un commentaire

Celui qu’on traîne dans sa poche
Et qu’on met tout son cœur à serrer dans sa main
Celui qu’on lance et qui ricoche

Petit caillou à l’âme simple
Petit caillou de rien du tout

Celui qu’on a dans sa chaussure
Ceux du Petit Poucet balisant le chemin
Ceux pour la fronde et la blessure

Caillou, caillasse…

Ainsi à la surface de la terre
Partout répandu, hors du commun
Tu es à la fois – et les plus beaux sont solitaires –
Un bijou pour le grand, un jeu pour le gamin

Petit caillou du fond des âges
Que je mets tant de cœur à serrer dans ma main
Moi qui ne suis que de passage

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Caillou à Pascal Aussi.

Méta