Douleur pastel

15 janvier 2011 § Poster un commentaire

De quel haut lignage d’Asie
Pour avoir le visage ainsi
Es-tu le dernier descendant ?

Est-ce Attila de son cheval
Qui t’a piétiné l’encéphale
Que rien ne veut pousser dedans ?

À te regarder qui dessine
Sur la table de la cuisine
Je me dis : « Au fond, pas si mal

Ton bonhomme : le nez, la bouche
Les yeux, les mains, les oreilles
Tout le monde et personne pareil…
Chacun sa touche »

Période bleu, façon pastel
Ogino qui tient la chandelle
Un enfant nous est annoncé

Et c’est tout un nouvel émoi
Que d’admirer de mois en mois
Ton ébauche un peu plus poussée

Dans le ventre de ta maman
Dame Nature a méchamment
Dû se mélanger les pinceaux

Pour qu’un aussi beau ciel d’azur
Se prenne autant d’éclaboussures
Au jour de la perte des eaux

Pourquoi faut-il qu’un simple gène
Devienne une aussi lourde chaîne
Entravant le moindre des pas ?

À quel nombre de chromosomes
Véritablement je suis homme ?
À quel nombre tu ne l’es pas ?

Je te regarde qui dessine
Sur la table de la cuisine
Ca ne fait au fond pas si mal

Au grand tableau qui grouille et bouge
Milliards d’yeux de tous pays
Ton regard de Bouddha ébahi…
Chacun sa touche

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Douleur pastel à Pascal Aussi.

Méta