Troublant express

12 janvier 2011 § Poster un commentaire

On roulait, ça faisait un moment
Mon voisin ronflottait en dormant
Par la vitre, on voyait des maisons
Genre « Abricotier » « Sam Suffy »
C’était la fin de la saison
Elle a ouvert la porte du compartiment
Et est entrée dans ma vie…

Elle avait un grand sac à la main
Un habit rose et blanc peu commun
Et cet air de croiser loin de tout
Que j’avais rencontré déjà
Chez des marins de n’importe où
Elle a posé sur moi son parfum de jasmin
Et deux grands yeux verts de chat…

Un regard : c’est le monde à l’envers
On croit la voie toute tracée
Un coup d’aiguille : on est bien avancé
C’est sa vie qui serait à refaire
Tu bats… tu bats… en retraite, animal
Couloir… couloir… le verrou fermait mal
J’ai passé de l’eau sur mon cou
Respiré un grand coup

Elle brosse avec soin ses cheveux
Puis me tend son journal, si je veux
Un grand type au buffet l’attendra
Elle marchera droit vers lui
Et se jettera dans ses bras
J’ai regardé si leur taxi tournait au feu
Et m’en suis allé sous la pluie

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Troublant express à Pascal Aussi.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :