Petite souris

7 janvier 2011 § Poster un commentaire

 Deux gouttes de sang sur ton nez pointu
Tu étais si drôle au bord de l’allée
Petite souris, me pardonnes-tu
D’avoir appelé

Les fraises des bois qu’on cueillait d’avance
Les guirlandes d’échalote au fond du grenier
Tout ce qu’il me reste aujourd’hui de mon enfance
Tient dans un panier

D’où viennent ces pleurs qu’on entend couler ?
Comment un aussi grand froid d’un coup me pénètre ?
Une tourterelle un matin s’est envolé
De par la fenêtre

À force de croire atteindre les cieux
Une ombre est tombée de la balançoire
Ne regarde pas le fond de mes yeux
J’y boite le soir

« Tu ne sauras donc jamais te coiffer
Y’a tous ces dessins dans ton cahier
Que je t’y retrouve encore à rêver
Dans le poulailler »

Deux gouttes de sang sur ton nez pointu
Tu étais si drôle au bord de l’allée
Petite souris, me pardonnes-tu
D’avoir appelé

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Petite souris à Pascal Aussi.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :