Deux mille kilomètres à tout casser

3 janvier 2011 § Poster un commentaire

                                 à Dilaver Ademi

Kosovo, Kosovar
Il faut bien qu’on vienne au monde quelque part
Un pays pas trop passant, c’est pas si mal
Tu trouves la vie par ici plus normale ?

Kosovar, Kosovo
Ca relève du patchwork et de l’écheveau
Tant les langues, les origines, les religions
Sont un peu mélangées dans la région

L’exil, c’est un premier pas et un dernier regard
Une fois perdu le pays, on a gagné la France
Pour toutes ces choses à jamais restées en souffrance
Ami, prête-moi ta plume et ta guitare

Kosovo, Kosovar
Quand les voix ne chantent pas toutes la même histoire
Faut choisir entre la fugue et le canon
Mais c’est la mort partout qui crie son nom

Kosovar, Kosovo
La peur blanche et le sang noir des caniveaux
Les soldats, avec l’auto et tout dedans
Se doutaient-ils qu’ils me prenaient autant ?

L’exil, c’est un premier pas et un dernier regard
Une fois perdu le pays, on a gagné la France
Pour toutes ces choses à jamais restées en souffrance
Ami, prête-moi ta plume et ta guitare

Deux mille kilomètres à vol d’oiseau
Et mes gosses, à leur nouvelle école
Mine de rien, un coup de gomme, une goutte de colle
Doucement au fil des jours raccommodent les morceaux

Kosovar, Kosovo
À l’écran, c’est de bonne guerre, faut du nouveau
Le Rwanda, la Tchétchénie, l’Afghanistan
On n’écoute plus quand ça fait trop longtemps

Kosovo, Kosovar
J’ai du mal à pas les voir sur les trottoirs
Tous ces gens, sur leur carton, en chien de fusil
Le ventre creux, à trois pâtés d’ici !

L’exil, c’est un premier pas et un dernier regard
Une fois perdu le pays, on a gagné la France
Pour toutes ces choses à jamais restées en souffrance
Ami, prête-moi ta plume et ta guitare

Deux mille kilomètres à tout casser
J’ai sauvé quelques photographies
Je sais pas ce que demain sera ma vie
Mais c’est déjà rebâtir que de chanter en français
Là-bas, tu sais, j’avais du succès

et pour lire ces paroles comme à l’oral

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Deux mille kilomètres à tout casser à Pascal Aussi.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :