L’heure de rester

3 décembre 2010 § Poster un commentaire

 Lorsque je quittais l’autre soir
Par le rivage ta maison
Une lune du peu de son bougeoir
Éclairait l’horizon

J’étais perdu dans ma pensée
Comme on l’est parfois dans sa vie
Quand tout semble habillé de gris foncé
Que rien ne fait envie

Le temps a des choses à nous dire
On ferait bien de l’écouter
Tant c’est moins souvent l’heure de partir
Que celle de rester

Je devinais dans la pénombre
Un petit éclat de côté
Est-ce un de ces cailloux sortant du nombre
Qu’on aime un temps garder ?

Non, c’est un curieux coquillage
Tel un point d’interrogation
Qui l’aura posé là ? Et à quel âge ?
Et quelle est la question ?

Refrain

Je le portais à mon oreille
Je sais, ça paraît enfantin
C’était comme écouter mon coeur, pareil
Qui n’était plus lointain

C’était comme entendre une voix
Du fond du temps qui me disait
Qu’on ne fait jamais que suivre la voie
Que l’on a commencée

Refrain

Et dans ma songerie profonde
Je n’ai pas vu venir le jour
Tout m’apparaît si clair ! Que n’ai-je au fond de
Plus cher que ton amour ?

Et tenant là mon bout d’azur
Du coup je rebroussais chemin
Gagnant d’un pas léger notre masure
Un trésor dans ma main

Refrain

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement L’heure de rester à Pascal Aussi.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :