Seconde mi-temps

29 décembre 2010 § Poster un commentaire

J’ai quitté mon short pour un pantalon
Ca fait déjà pas mal d’années
Métro, boulot, dodo, kiné
La partie, c’est selon
Y’a des jours, c’est trop long
J’ai plus grand espoir de gagner

Au plein cœur de l’action, on m’a pas vu souvent
Je chantonnais, le nez au vent
Sans souci du temps écoulé
Ballon envolé !
Dès que je me dis « Faudrait se mettre à jouer pour de bon »
Y’a cette petite voix qui répond
« Un jour ou l’autre, ça va siffler »

Foutues règles du jeu arrangées par chacun
Rêves de gloire, appât du gain
Si au moins les coups étaient francs
Mais serrons les rangs !
On est combien, à trottiner comme ça sans but
Pas plus avancé qu’au début
La vie d’un homme, modèle courant

Avec tous ces coups de pied qui se perdent, comment veux-tu ?
J’aurais pourtant bien aimé
Vous faire regagner du terrain, causes perdues
Mais…

J’ai quitté mon short pour un pantalon
Ca fait déjà pas mal d’années
Métro, boulot, dodo, kiné
La partie, c’est selon
Y’a des jours, c’est trop long
Rappelez-moi ce qu’y a à gagner
Cinquante balais et des poussières
C’est à peine si des fois je touche encore le ballon
C’est souvent que je pense au vestiaire

et pour lire ces paroles comme à l’oral

Publicités

Longue histoire

23 décembre 2010 § Poster un commentaire

Aimer la chanson, c’est d’abord aimer les chansons des autres,
sans lesquels et lesquelles il n’est pas de désir d’en faire.
Et en artisan réfléchir à leur façon, et en être humain
s’imprégner de ce qu’elles nous disent de tout ça.

Chanson pour plus tard

19 décembre 2010 § Poster un commentaire

 Six ans et demi, bientôt sept
Des grandes glissades en chaussettes
Éva, où t’as mis tes chaussons ?
Ppp ! Quelque part dans la maison

Des filles m’ont fait tourner la tête
Toi, c’est carrément le vertige
Bien sûr, je t’ai vu grandir, grande tige
Mais quand même, du 36 fillette !

Je vais dormir chez Loeiza
Tu ne vas pas sortir comme çà !
Papa, tu peux me déposer
Mmm ! Je te fais un petit baiser

Des filles m’ont fait tourner le cœur
Toi, c’est carrément la voltige
Bien sûr, je t’ai vu grandir, grande tige
Mais y’a un âge où ça fait peur

Six mois et demi, bientôt sept
Encore arraché ta chaussette
J’ai quelques années devant moi
Oh ! Qui passeront vite je crois

Fantasmagorie d’un moment
On ne dira rien à ta maman
Cette chanson dans ma guitare
Chut ! C’est un secret pour plus tard

et pour lire ces paroles comme à l’oral

… mourir me font…

19 décembre 2010 § Poster un commentaire

Depuis la chanson qui observe le phénomène (Strapontin)
à celles qui en disent le tourment (Au final, RobinsonSans toi) en passant
par celles qui j’espère en font ressentir le vif, l’irremplaçable et la légèreté
(Ne change pas demainQue je cherche à parler d’elleBalancelle, …)

Strapontin

19 décembre 2010 § Poster un commentaire

Amours enfantines
Tu veux ma tartine
Contre un gros bisou

Amours débutantes
Tu crois que ta tante
Nous a vus jeudi ?

Amours de vacances
Piètres manigances
Au bal du quinze août

Il faisait froid le soir où ton car est parti

Amours de passage
Un corps, un visage
T’as mon numéro ?

Le salon dans le noir et la tête au carreau
Ciné, zéro
Télé, j’éteins

Amours solitaires
Départ pour Cythère
Sur un strapontin

Amours un peu vaches
Lanières, cravache
Y’a qu’à demander !

Amours pas très nettes
T’as sur internet
Tout ce que tu veux !

Amours impossibles
Si haute est la cible
A quoi bon bander !

J’ai rêvé de ta main caressant mes cheveux…

Amours pas de chance
Écrire à l’agence
Remise au comptant

La photo d’Etretat, je l’ai gardée longtemps
Dix heures, j’attends
Deux heures, j’éteins

Amours solitaires
Départ pour Cythère
Sur un strapontin

Ne change pas demain

12 décembre 2010 § Poster un commentaire

 Chacun nos amours, leur lot de peines et de joies
Et leur durée de vie qui tient à si peu quelquefois
Voilà tant d’années, et ce me semble tout à l’heure
Que tu me combles et bouscules le cœur (bis)

Ne change pas demain, oh non, ne change pas demain
Le bonheur a plaisir à faire avec nous le chemin
Ne change pas demain, ne change rien

« C’est dans les vieux pots la meilleure soupe » à ce qu’on dit
Et si on a des jours un tantinet moins d’appétit
Savourons-en mieux le goûteux fondant de nos corps
À feu plus doux mais ça attache encore (bis)

Ne change pas demain, oh non, ne change pas demain
Le bonheur a plaisir à faire avec nous le chemin
Ne change pas demain, ne change rien

L’amour, direz-vous, se moque bien de nos chaussons
Fantasque, il vit au jour le jour, n’a que sa folie pour raison !
Mais comment expliquer, d’un regard à la dérobée
Ce trouble alors et ce souffle coupé ?

J’aurai beau toujours te prier de ne rien changer
Je sais qu’avec le temps tu ne pourras pas t’empêcher
Si par aventure on devait se rester fidèle
De peaufiner sous mes yeux le modèle (bis)

Ne change pas demain, oh non, ne change pas demain
Le bonheur a plaisir à faire avec nous le chemin
Ne change pas demain, ne change rien

Le bois

11 décembre 2010 § Poster un commentaire


Il me fallait une photo, et j’ai choisi la palissade plutôt que le mur à côté.
Dans le vertigineux du Temps, le bois nous fait la courte échelle.
 S’il est une prochaine vie, j’y voudrais travailler le bois.

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de décembre, 2010 à Pascal Aussi.