Balancelle

16 novembre 2010 § Poster un commentaire

Ton sourire est, tu sais, comme une balancelle
Brise légère, onde soyeuse, allure aisée
Pleine cargaison de baisers
Voile blanche au matin, au soir une étincelle
Et ce friselis de leurs ailes
Qu’ont les oiseaux
Dans ton sillage bleu
Ton sourire est, tu sais, comme une balancelle
À l’horizon des jours heureux

Mais des fois les grands vents font du zèle
Insomnie, moutons blancs, vague à l’âme, bec dans l’eau
Bouteille à la mer, tout ballot…

Ton sourire est, tu sais, comme une balancelle
Orage éclair, lame de fond, c’est l’avarie
Et le courant qui nous charrie
Tu fais brûler le riz, j’ébrèche la vaisselle
L’écume des jours s’amoncelle
Dans les roseaux
La coquille de noix !
Ton sourire est, tu sais, comme une balancelle
Alors souris, souris quand même
Puis dis-moi que tu m’aimes
Ou je me noie

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Balancelle à Pascal Aussi.

Méta