Flottaison

23 octobre 2010 § Poster un commentaire

Faut pas croire que je suis saoul
Je prendrais bien encore un verre
Mais pour trinquer, comment faire
Vu que je n’ai plus un sou

Ho !

Toutes les nuits sont donc pareilles
D’abord, retrouver mon chemin
Vu que, bon dieu, c’est demain
Branle-bas, qu’on appareille

Batelier, si tu m’engages
Je te suivrais tout de bon
Je coucherai sur le pont
Je demande pas de gages

Batelier, engage-moi
J’ai une de ces envie
De recommencer ma vie
Au moins encore une fois

C’est le long de cette rivière
Que j’ai dévalé mes vingt berges
Tu vois, petit, cette auberge ?
La patronne y est pas fière

Bah !

Ce sera pour une autre fois
Pas le temps de boire aujourd’hui
On est déjà le vingt-huit
Puis c’est mauvais pour le foie

Batelier, si tu m’engages
Premier debout, c’est promis
Un tabouret. Pas d’amis
Plus de chien, pas de bagages

Batelier, engage-moi
À mariner sur le quai
Le vin blanc n’est pas plus gai
Qu’un fond de vieux bouillon froid

Batelier, si tu m’engages
Tes cuivres, ton acajou
Je te les brique, un bijou ! …

Batelier, si tu m’engages
Pour ta fille, tu paries
Je ferais un bon mari ! …

Batelier… hé !
Batelier…

Mais tu ne veux pas essayer
Je renfile ma culotte
Et sans même m’essuyer
Je retourne me noyer
Tout au fond de cette flotte

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Flottaison à Pascal Aussi.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :