Dans le journal

12 septembre 2010 § Poster un commentaire

Près de Gudicanal
Hier deux gamines
Qui jouaient à la marelle
Ont gagné le ciel
D’un seul coup sur un’ mine

Je l’ai lu dans l’ journal
Que j’ me suis glissé
Sous la ch’mise à mêm’ la peau
Sûr qu’ ça tient plus chaud
Que leur papier glacé

Hé!
Si le temps lui est bien couvert
Moi j’ connais un pull-over
Qui file un mauvais coton

Hé!
Plus personn’ n’écout’ mon histoire
Et je traîn’ sur les trottoirs
Et je dors dans des cartons

Ca fait un sacré bail
Que j’ai plus d’adresse
Que je porte au long des rues
Comme un disparu
Ma valis’ de détresse

T’en qu’à êtr’ sur la paille
Je rêv’ de nature
Y’a bien pour me mettre au vert
Un coin d’hémisphère
Où la vie s’rait moins dure

Hé!
Suffirait d’un billet en poche
Cap sur la rad’… le plus proche
Vent dans les voil’s et partons !

Hé!
J’ai l’ couteau et les allumettes
Mais des plans sur la comète
J’ai pas ça dans mes cartons

Hé!
Les trésors que la vie nous offre
Y’en a si peu dans son coffre
Qu’ell’ les reprend au final ?

Hé!
Pas la press’ mais je sais très bien
Qu’au matin d’un’ nuit de chien
On me trouv’ra dans le journal

Mais j’ repense aux gamin’s de Gudicanal

et pour lire ce texte sans élisions

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Dans le journal à Pascal Aussi.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :