Montée des eaux

6 septembre 2010 § Poster un commentaire

Le regard un peu brouillé
Le bord des paupières mouillé
Discrète montée des eaux
Mais d’où sort ce petit ruisseau ?

D’un trop plein comme on a tous
Par où vient s’écouler en douce
Le jus des sombres pensées
L’eau-forte des amours blessées

Résurgence, crue soudaine
Ô si bienfaisante fontaine
Mouillant mes joues à plein seau
Revoilà ce bouillant ruisseau (bis)

Qu’est-c’ qu’on arrose ce soir
Mis à part ce nouveau mouchoir ?
Un secret lourd à garder
Un bateau qu’on s’était monté

Un bonheur qu’on n’a pas eu
Un fol espoir déjà déçu
Que les pleurs et les sanglots
Tentent d’embarquer à vau l’eau

Tel un bon coup de Kärcher
Le cœur net sur qui nous est cher
L’averse avant l’éclaircie
C’est bon, ça va passer, merci ! (bis)

Le regard un peu brouillé
Le bord des paupières mouillé
Légère décrue des eaux
Les cils qu’on dirait des roseaux

Deux fois rien mais c’était trop
La nuit tous les chagrins sont gros
Comm’ s’il fallait que
Quelque chose en nous se fêle
Pour qu’éclose une vie nouvelle

et pour lire ce texte sans élisions

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Montée des eaux à Pascal Aussi.

Méta